Accra - Kokrobite - Cape-Coast

Publié le par Romain

Accra - Kokrobite : 41 km -> 818 km
Bon, aujourd'hui c'est pas une des etape les plus longues! pour une fois j'aurais pas trop mal au fesses (Generalement au bout d'hune heure, ca devient assez penible.. un probleme auquel je n'avais pas du tout pense avant le depart..)

Je quitte Accra vers 12h, apres la pluie dans la matinee (la premiere du voyage, a part 3 gouttes a Kpalime) pour Kokrobite, un village de pecheurs situe au bord d'une plage de sable. On trouve aussi un nombre impressionant de rastas venu de toute l'afrique de l'ouest, dans ce coin apparement repute pour ca. Autant dire que le rythme de vie est plutot coooool, pas trop stresses les gars.



                                               Kokrobite, sa plage, ses cocotiers, ses bateaux de pêcheurs
Apres une dizaine de km de piste (hum hum), je trouve un camping sur la plage, entre les cocotiers et les bateaux de pecheurs, apparement c'est un coin connu car je ne suis pas le seul europeen, il y a foison de nordistes: anglosaxon, scandinave ou autre hollandais et allemands.


Je fais tres vite la connaissance d'Adama (Burkinabe) et Vie (Ivoirien), musiciens de leur etat et qui survivent en vendant des petits objet d'arts en attendant. Ils ont pas mal voyage en Afrique de l'ouest, ont habite dans bcp de pays et sont tres ouverts et tres accueillants. Je rencontre ainsi bientot toute la bande, un senegalais, un togolais, des gahneens tout de meme aussi, bref une auberge espagnole africaine quoi.
Adama n'est jamais alle a l'ecole (a son grand regret) mais il est bilingue, sait a peu pres lire et ecrire et a une maturite et une fraicheur qui font plaisir. Je discute ainsi pas mal avec lui et Vie (qui a habite a Bar beach, a 500m de chez moi a Lagos) de choses serieuses ou moins.


Un petit concert de danses traditionnelles est organise au camping ce soir. Ca fait un peu touriste mais c'est toujours impressionant et agreable a regarder.

17/03/07 : Kokrobite

Ce matin je me reveille tot, nuit a la belle etoile oblige, mais ca me permet de contempler les pecheurs a leur travail: installation des filets, freles barques contre grosses vagues, pour ensuite les ramener a la force des bras sur la plage. Les filets font des dizaines et des dizaines de metres de long donc c'est tres pysique et ca prend du temps.

Quand la prise est enfin ramenee sur la plage, c'est l'agitation, des garconnets courent tout nu dans tous les sens, les femmes viennet ramasser le poisson pour commencer a le preparer tandis que les hommes partent deja avec le filet pour le preparer pour la prochaine peche, ce soir ? ou demain matin.

Dans l'eau il ya beaucoup d'enfants, certains font du bodyboard avec de grandes planches de bois et ca marche bien. Enfin pour eux, je leur emprunte pour essayer mais j'avance pas tellement, je dois etre trop lourd.

Le cadre est vraiment agreable et les gens on ne peut plus gentils et accueillants, pecheurs comme rastas (c'est a peu pres les 2 populations qu'on trouve sur la plage). J'hesite a repartir, comme je l'avais pense, puis quand Adama me propose de rester chez lui cette nuit j'accepte avec plaisir! C'est la premiere fois qu'un africain m'invite pour la nuit et ca me touche beacoup. On s'entend bien avec Adama, Adama 2 (un copain avec qui il loge) et Vie. Je sens que je ne suis pas que un touriste de plus de passage pour eux et ca me fait plaisir ces moments la avec eux.

Adama à l'oeuvre

Soudain, dans l'apres-midi, une foule arrive en courant sur la plage, criant et chantant, les enfants courant partout. C'est quoi, un nouveau jeu, un defile? Non des funerailles. En effet au milieu emerge un anorme cercueil en beau bois et dorures, porte par 4 gars solides qui courent dans le sable.. J'avais deja vu une procession de la sorte dans les rues de Cotonou, a 1h du mat, mais c'est toujours etrange.

Apres le concert de reggae du soir, on part se coucher chez Adama et Adama, qui partage une petite piece de 10m2 au bout du village. Comme il fait tres chaud, on s'endort devant, dans la cour, avec un petit vent et le bruit des vagues au loin.

18/03/07 : Kokrobite - Winneba - Cape-Coast : 147km -> 965 km

Et voila encore un depart.. c'est mon voyage il faut que je m'y fasse. D'habitude l'appel de la route facilite toujours ca mais aujourd'hui, je suis triste en quittant mes amis de Kokrobite, je me sentais bien ici et j'ai l'impression qu'ils m'avaient adopte. Je serais bien reste une semain ou 2 de plus..
 
On echange les emails en se disant a une prochaine, mais sans trop y croire.. enfin qui sait.
 
La route se passe, pas tres jolie, beaucoup de construction anarchiques. Je passe en coup de vent a Winneba, la plage est superbe mais reflexion faite, j'ai vraiment trop crame hier, pas la peine d'en rajouter!
 
J'arrive donc a Cape coast vers midi et prend le temps de flaner dans la ville qui jouit d'un emplacement remarquable, avec sa forteresse erigee sur un petit cap.
 
 
                                          Le port de pêche de Cape Coast, qui  fait aussi plage donc..
 
Le soir, dans les rues, je passe dans une espece de rave-party en plein air: des gros murs d'enceinte qui crachent, tout le monde qui danse, hilare. Je questionne, on me repond: "oh c'est pour les funerailles de quelqu'un mort ya longtemps".
 
Ca va, le deuil a pas l'air trop dur!
 

 

Commenter cet article

Mélanie 20/03/2007 17:12

Toujours tes problèmes de crême solaire? Ca n'existe pas dans ce pays "à touristes" un bon gros tube de nivea? 
Ca doit être génial de rencontrer des gens sur ta route. J'attends avec impatience l'album photo!
Bonne route. (t'as pas essayé de mettre un coussin sous tes fesses?)

Bernard 20/03/2007 09:41

Bientôt les 1000 km. Ca s'arrose !

Bruno 19/03/2007 11:35

J'imagine comme tu as du apprécier une petite étape . Le mal aux fesses en moto , j'ai connu .........on ne s'y fait jamais , alors , prends ton mal en patience .
 
Bonne continuation