Tinerhir - Fès

Publié le par Romain

22/05/07: Tinerhir - Midelt: 281 km   -> 9289km

Voici donc une vue de Tinerhir, une petite ville minière, sur fond de Jbel Sarho; c'est même le quartier où se trouve l'auberge de jeunesse ( c'est bon? vous reconnaitrez pour y aller?). Dans l'architecture marocaine, on privilégie d'abord l'utile à l'esthétique, sauf quand ça touche le religieux où là tout le savoir faire est utilisé.

Les constructions plutot quelconques de Tinerhir

Pour sortir des montagnes et rejoindre la plaine de Fès, on emprunte la jolie vallée du Ziz, bordée au fil de la route, de lacs et de canyons.

Sur la route, le vent souffle fort et froid, même avec toutes mes épaisseurs sur moi (ce qui est relativement rapide en fait..), je me caille. Allez, encore un dernier col et ce sera finit pour le haut-atlas.

Les canyons et la palmeraie de la vallée du Ziz

En arrivant à Midelt la pluie se met à tomber, ce sera mon étape pour ce soir, j'ai pas envie d'etre trempé. Un peu perdue entre le nord et le sud, la ville a plutot du mal à garder les touristes pour qui ç'est juste un lieu de passage. Ca en fait une petite bourgade sympa que j'ai apprécié, plutot paisible au milieu du paysage désolé.

Ca me fait toujours drôle de rencontrer des petits vieux qui me racontent qu'ils ont travaillé tant d'années dans telle ville de France, et de les voir là maintenant de retour au pays dans un quotidien bien différent. Ou bien ceux qui me disent qu'ils tel fils ou fille qui travaille à Poitiers, Montpellier etc.. Je me dis que j'ai bien du en rencontrer des hommes comme eux, et maintenant la prochaine fois que j'irais chez l'épicier Hassan ou Idriss, je ne pourrais m'empécher de penser à leur autre vie, ici au bled.

 

23/05/07: Midelt - Fès: 205 km   -> 9494km

Je crois que c'est au Mali, où l'on m'avait conseillé d'acheter une peau de chèvre à mettre sur la moto pour que ça soit confortable. Je l'avais pas fait jusqu'alors, mais ce matin, un type voulait absolument me fourguer sa peau de mouton, alors je me suis dis que ça ferait ptet l'affaire.

Résultat, dans le beau paysage de Moyen-Atlas ci-dessous, j'ai habilement dissimulé ma moto.... Saurez-vous la reconnaître ??

Un troupeau de moutos

En continuant la route par le Moyen-Atlas, on arrive dans la région d'Azrou et d'Ifrane. Les forêts de cèdres et de chênes qui entourent Azrou abritent des "Magots". On peut assez facilement voir ces singes du Maroc sur le bord de la route, certains étant bien habitués à l'homme.

Un specimen magot

Puis arrive Fès, ville qui aujourd'hui encore jouit d'un certain prestige culturel et religieux, elle est considérée comme la capitale du savoir, du raffinement; de grands noms marocains viennent d'ici, il y a même un certain prestige à être Fèsien.

La ville est le centre d'étude islamique le plus important de l'Afrique après le Caire, on y compte de nombreuses mosquées (par centaines), des médersas (sorte de pensionnat pour les étudiants en études religieuse si j'ai bien compris).

"Celui qui lit ça est un c..", vraiment très fins ces architectes

Les décorations de ces batiments religieux sont toujours très élaborées, et mériteraient les explications d'un guide pour expliquer les différentes influences rencontrées au cour des dynasties qui se sont succédées. En toute évidence, je n'ai pas pris de guide.

 

 Cour intérieur d'une Médersa de Fès

La médina de Fès est assez incroyable, c'est un labyrinthe géant constitué de 9400 ruelles (oui ça m'a pris un bout de temps pour les compter) dont beaucoup se terminent en impasse. Il est très agréable de se promener dans ce dédale, de voir les artisants au travail, les uns marchander des babouchs; les autres à pousser leur anes (équipés de fers en pneu, pour ne pas glisser dans les ruelles pentues!), les gamins qui rentrent de l'école, mais c'est au risque de se perdre!

En fait il y a une dizaine de rue très passantes, où l'on retrouve tout l'artisanat à destination des touristes (tapis, porteries, tanneries etc..) mais quand on sort de ces rues principales, c'est la course d'orientation.. J'ai donc passé mon après-midi à explorer les ruelles insoupçonnées (de mon plein gré bien sur, n'allez pas croire que je me suis perdu, allons..).

Je trouve la ville plutot sympa, je ne sais pas s'il y a moins de touristes qu'à Marrakech, mais la médina étant assez grande, on ne sent pas trop cet effet "Disneyland".

 La place des forgerons devant la belle bibliothèque

Comme à Marrakech, les propositions de guides, achats etc.. se font tout de même assez pressantes et il faut de la patience et de l'humour pour décliner ces offres, les unes à la suite des autres. On devient vite méfiant et suspect à chaque contact mais cependant il faut faire attention à ne pas être trop sec dès qu'on nous aborde, car si pour certains nous ne sommes qu'un "client potentiel", d'autres ne souhaitent réellement que nous aider ou être agréable.

Au fil des rues, on passe aussi devant les foundouks (là je suis plus très sur du terme), les anciens caravensérails, où les caravanes venaient déposer leur marchandises dans les salles du bas, pendant que les hommes allaient passer la nuit aux étages et que les bêtes restaient dans la cour intérieur. Certains de ces batiments datent du XIVe siècle, et avec l'odeur forte des tanneries proches et les anes qui passent devant la porte, l'espace d'un instant on à l'impression d'avoir remonter le temps.

Jusqu'à la prochaine boutique on l'on vend des télés et des lecteurs dvd. C'est un peu ça la médina, une vieille ville du passée avec plein de petits anachronismes.

La dernière photo n'a pas grand intérêt, mais ça m'a bien fait rire quand j'ai découvert ça dans une ruelle de Fès:

 Qui veut un poussin rose fluo?

 

  

Commenter cet article

jean-pierre 25/05/2007 18:36

Alors maintenant que tu connais les villes devenues françaises, comme Marrakech, tu vas halluciner. Aujourd'hui s'ouvre, à Paris, pour 4 jours le 4e salon de l'immobilier marocain. Devines le nombre d'exposants ! 10 ? 50 ? non, ils sont  120 exposants, qui vont vendre plein d'appartements à Marrakech, Agadir pour amener encore plus de retraités ou des gens qui auront leur appart de week-end à 2h de la France. 
Tu dois être en train de suivre le chemin du drame de l'Afrique : la traversée sur des embarcations de la mort. Je ne sais , si tu as rencontré des familles qui ont envoyé, ou perdu en mer un fils, un frère. Tu vas voir les rescapés en Espagne, sur des champs de culture intensive. Racontes-nous, si tu en as l'occasion.
Bientôt les 10 000 Brrrrravo!
 

Bruno 25/05/2007 15:51

 Mais elle est où ta moto , je ne la vois pas ????????????
  Je suis ceratin qu'un Albert rose fluo ferait un immense plaisir à tes parents . Songes y !
 
 

Bernard 25/05/2007 10:10

J'espère que ta peau de mouton sera homologuée en France ! Ce serait dommage que les flics t'embêtent car ta moto a vraiment un super look.Les paysages sont toujours magnifiques mais comme tu dis pour les contacts on devient vite méfiant et suspect et c'est parfois fatigant.Pour le poussin, je prendrais plutôt "bleu des mers du Sud".

emy 25/05/2007 03:51

toujours de belle photos...bon c'est vrai que le paysage aide aussi^^
bon courage!

jean-pierre 24/05/2007 15:44

J'étais sûr que tu préfèrerais Fez à Marrakech. C\'est nostal que tu aies apprécié Midelt. J'y étais resté 3 jours en auberge de jeunesse, puis chez des gens inconnus, à un mariage berbère. Finallement, 35 ans après, le Maroc non touristique ne bouge pas trop. Les singes d'Azrou sont toujours là. Qu\'est devenue la prison royale d'Ifrane ? Les teintures de Fez étaient célèbres, mais le coup des poussins, c\est nouveau.
Si ti changes Mélanie, ty auras plipliplipli de poussins fluos y mim di chameaux.
Maintenant, ci l 'retour. Ti pi trouver bateau pas cher. Avec bicou d'monde sur la barque. Li spagnol ti attendent sur les plages. Y après Sarkausi aussi.