Fès - Tanger

Publié le par Romain

24/05/07: Fès - Chefchaouen: 212 km    -> 9706km

Je commencerais cet article par une mauvaise nouvelle, il va falloir être fort: Albert n'est plus. C'est dur à admettre, mais c'est ainsi, il a été décapité sur la place publique ce matin meme.

Etal d'une boucherie de Fès

Trève de galéjade, je savais que la tete de chèvre est une spécialité locale, on la met au feu pour bruler tous les poils, puis on doit la faire cuire avec je ne sais quelle sauce pour ensuite tout manger, sauf les yeux parait-il, je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de tester cette douceur, que de regret.. Apparement on peut faire pareil avec des tetes de dromadaire (ou alors c'est juste pour attirer les touristes.. ça marche la preuve!)

En continuant la route vers le nord, on atteint le massif du Rif, qui borde la Méditerranée. Logé à flanc de montagne, se trouve Chefchaouen, qui veut dire "regarde les sommets". La ville est connue pour sa jolie médina aux ruelles bleutées.

Ruelle de Chefchaouen

C'est une petite ville qui a plus l'atmosphère d'un gros village. Son habit de bleu et blanc lui donne un petit air de Grèce je trouve, mais ici c'est influence espagnole qu'on ressent. Au niveau de la langue d'une part: s'ils sont bilingues, les gens parleront espagnol et non plus francais, et au niveau culinaire aussi: les petits restarants offrent maintenant tapas, paella et tortillas à tour de bras.

Les cybers fleurissent partout aujourd'hui

Chefchaouen était autrefois surtout connu des voyageurs hippies pour les cultures du kif dans la région. Aujourd'hui, la culture du cannabis est officiellement interdite depuis 2004 mais dans les faits pour de nombreux villages c'est souvent l'unique moyen de subsistance, et si les plantations ne sont pas visibles depuis la route, les champs existent toujours. D'où les efforts nationaux et européens pour essayer de trouver une alternative économique durable à cette culture, notamment le tourisme, la randonnée, un parc naturel etc.

La Kasbah de Chefchaouen, sur la place principale de la Médina, adossée aux montagnes du Rif

Le meilleur moment pour observer l'agitation du village est vers 19h, comme souvent j'aime bien alors rejoindre la terrasse d'un café, au milieu des petits vieux en djellabah et des jeunes en jean qui jouent au cartes ou aux dames et siroter mon thé à la menthe en observant la place prendre vie.

25/05/07: Chefchaouen - Tanger: 113 km   -> 9819km

Pour ma dernière nuit en camping, le Maroc m'offre un bel orage! C'est pour que je puisse me réhabituer au climat de la France, c'est ça?

C'est donc sous un ciel nuageux que je passe ma dernière étape de ce voyage sur le continent africain, la descente des montagnes du Rif jusqu'à la mer, jusqu'à Tanger.

Place du Grand Socco, à l'entrée de la médina

C'est une grande ville très européennisée, larges boulevards, hauts immeubles cependant l'ame marocaine est toujours bien présente, particulièrement dans la médina. Celle-ci a cependant un caractère un peu louche, avec ses innombrables vendeurs de drogues, ses enfants qui sniffent de la colle, ses ruelles étroites et sombres.

La grande mosquée de la médina

Et maintenant le voyage est sur sa fin, j'ai trouvé un bateau qui m'amène directement à Sète, Lundi je suis en France.. Mais comme le dit la publicité de la compagnie maritime, le voyage c'est 36h de Maroc en plus!! Sur le parking, sont rassemblées des breaks ou des fourgonettes pleins à craquer qui iront ramener aux 4 coins de la france, ces marocains en vacances au bled.

Heureusement je vais avoir ces 36h de bateau pour digérer un peu ce voyage, repenser aux rencontres faites au fur et à mesure des kms, aux centaines d'enfants africains qui m'ont fait "coucou" sur le bord des routes et dont la joie faisait plaisir à voir, aux vies difficiles qui sont le quotidien de beaucoup d'habitants de ce continent, aux ambiances rencontrées ici ou là, à l'accueil d'untel, à l'aide de l'autre etc ect etc...

Je voudrais aussi tirer mon chapeau aux constructeurs de moto chinoises, car quand meme, j'ai beau raler sur les médiocres performances de mon destrier mécanique, mais après 10000km sur les routes d'afrique, faisons le point:

- 8 crevaisons

- 1 vis perdue (vibration)

- La bulle avant cassé (vibration)

- Le compteur kilométrique cassé

Sachant que question entretien, j'ai juste fais les vidanges, graissé la chaine une fois et nettoyé filtre à air + carbu une fois, pas mal, pour une moto à 450euros, je n'en attendais pas tant! Ils sont quand meme fort ces chinois...

Commenter cet article

alban 01/06/2007 21:03

Alalala ce satané reflexe de cliquer sur cet onglet  "1 an de VIE à Lagos' ...  et non c'est bel et bien fini...

emy 29/05/2007 21:48

oh bah non alors c'est vraiment fini?bon courage pour la readaptation a la France

pel 29/05/2007 18:57

ébé, je suis bien épaté que ta tite moto ait tenu le coup... un super bravo pour ce super périple qui, j imagine, ne sera pas le dernier...
a quand la traversée de l'amérique du sud en moto (comme le ché l'avait fait dailleurs!)?
à quand l'asie du sud est en mobylette?
a quand le paris-mascate sur ce meme destrier mecanique qui t a transporté sur 10000km...?
a un de ces quatre, romain!
pel, fidele fillot

David 29/05/2007 10:01

Alors encore un dernier effort !toujours une pensée pour toi et ton destrier chinois...Nous sommes de retour en France depuis quelques jours, avec 4 dents en moins pour Marion... résultat d'un chute en mob en voulant éviter un cochon... comme quoi, ce n'est pas donné à tout le monde de faire 10 000 km comme ça !David

jean-pierre 29/05/2007 09:37

 Notre feuilleton se termine. L'auteur a remplacé une longue dernière étape, par une plus courte, plus transitoire. D'autres anecdotes sur le bateau  ? Ce feuilleton va nous manquer. Bravo l'artiste. Merci Romain.