Taroudant - Marrakech

Publié le par Romain

13/05/07: Taroudant - Imlil : 194km     -> 8383 km

Cette étape est splendide, surement l'une des plus belles jusqu'à maintenant! La route grimpe à travers les montagnes pour se frayer un chemin à plus de 2000m au col. Déjà à conduire c'est plus sympa que les lignes droites de 80 km, mais en plus les paysages sont magnifiques. Dans la vallée de nombreux villages de maisons en terres sont accrochés aux flancs des montagnes près de la végétation qui pousse le long de la rivière.

Sur la route du Tiz'n'test, entre Taroudant et Marrakech

Cela donne un contraste saisissant entre les lignes bien dessinées des sommets et la verdure au creux de la vallée.

Puis à l'est apparaissent les hauts sommets de la région du Toubkal, le "toit" du Maroc.

Les sommets enneigés du Haut-Atlas dominentla vallée

La route s'arrète à Imlil, en bout de vallée où je pensais me retrouver seul. La blague. A 50 km de Marrakech, les convois de groupes touristiques prennent de plus en plus le coin d'assaut, je doute que le village résiste longtemps, dans 10 ans ce sera un chamonix marocain. Déjà on m'a déconseillé de camper à cause des vols!

14 & 15/05/07: Imlil, Balade dans le parc du Toubkal

Mais lorsqu'on part marcher un peu plus loin, on laisse rapidement cette atmosphère dérrière soi. et on peut alors profiter des paysages grandioses dans le calme.

Culture en terre berbère, près d'Imli

Lors de ma balade, je croise ainsi les bergers berbères qui, l'hiver se terminant, montent aux estives (les paturages d'été) où ils font aussi des cultures en terrasses, habilement irriguées par tout un complexe réseau de petits "aqueducs" déviant l'eau des nombreux torrents de la région.

Sur la piste, reliant les villages isolés de la vallée, près de Tacherdirt

Les mules sont le moyen de transport utilisés dans ces vallées difficiles d'accès pour approvisionner les villages (et aussi pour porter les sacs des randonneurs feignants ).

J'en ai croisé descendant des combes très raides, je me demande encore comment elles font pour ne pas se tordre une patte dans tous ces cailloux, surtout quand ya un gars devant qui la tire par le licol (c'est comme ca qu'on dit Florence?) et l'autre qui lui donne des coups de batons dérrière car elle a peur!

Les cultures en terasses dans un univers de roches

Le climat est rude dans ces régions montagneuses, d'ailleurs le deuxième jour il a même neigé quand j'étais sur les hauteurs! Bon, pas énorme et ça tenait pas, mais quand même, au mois de ami au Maroc, il fait pas que chaud. Du coup j'ai préféré écourter ma marche pour éviter un bivouac humide..

16/05/07: Imlil - Marrakech : 65 km   -> 8448 km

La fin de la vallée jusqu'à Marrakech est encore assez jolie mais on atteint rapidement la plaine. Tous les cars que je croise, bondés de bobs et de lunettes de soleils, m'effraient.

A juste titre; j'ai rarement vu une telle concentration de touristes que dans la médina de Marrakech. Cela n'empèche pas d'apprécier la ville, qui vaut quand meme le détour et où règne une atmosphère plutot bon enfant, mais ça fait parfois un peu spectacle géant.

La place principale de Marrakech, Djemaa el Fnaa

D'ailleurs je n'y reste qu'une nuit, ça me suffit amplement. Je me balade dans les souks, mais ne peut m'empécher de les trouver trop tranquilles, trop bien rangés, calmes presque. En revanche je suis content de ne pas avoir la frénésie des achats car avec la quantité effarante d'artisanat qui est proposée, ma moto n'aurait jamais suffit à tout ramener!

Intérieur d'un beau riad (aujourd'hui musée)

Commenter cet article

emy 23/05/2007 19:58

Merci pour ces photos...Bon courage pour la suite de ton epopée!

jean-pierre 18/05/2007 19:26

 Voir zazate et le Dadès. Hé ! Romain, kestufé ? Tu repars en arrière. Tu fais l'Afrique par le Nord, puis après tu redescends le long de l'Afrique de l'Est ? Rien ne te décourage. Allez, si c'est pour voir Midelt, Ifrane, Meknès et Fès, c'est bien, ça change de la côte Ouest. Mais alors t'es accoché ! t'en veux  des souvenirs ! Bravo.

Etienne Combeaux 18/05/2007 15:14

Cher Romain, au terme de ton épique épopée, je t'envoie une petite phrase d'Henri Lacordaire pour t'aider à reprendre pied sur le continent européen : "entre le passé où sont nos souvenirs et l'avenir où sont nos espérances il y a le présent où sont nos devoirs".
En espérant te revoir bientôt... par ici ou, pourquoi pas,  en Guyane...? une autre immensité, verte (départ prévu pour Paquita, Tania et moi en septembre 2007).
Etienne

clement 18/05/2007 13:54

Merci Romain pour la carte du Mali, je l'ai eu un mois aprés qu'elle fut envoyée
 

marion 17/05/2007 21:20

superbe ! magnifique!
les photos, le récit...tout donne envie d'être une toute petite souris qui prendrait pas de place sur ta moto pour voir tout ça!
profites et mets-en plein la vue!
bizoux