Nouakchott - Boujdour (Sahara Occidental)

Publié le par Romain

06/05/07: Nouakchott - Boû Lanouar : 409 km   -> 6468km 

Près du port de pêche de Nouakchott.

Bon, le Sahara. A nous 2. Enfin plutôt à moi tout seul parce que ya pas foule par là en fait. Et bien cette étape est un peu pénible mais je verrais plus tard qu'en fait c'était déjà pas si mal.

Les dunes, une fois..

C'est pénible parce que je dois rouler beacoup, parce qu'il y a un fort vent de face (30° NE si vous voulez tout savoir), parce que ça me ralentit pas mal et que comme je dois économiser l'essence je peine à dépasser les 45 km/h, parce que ça soulève parfois du sable, parce que c'est un peu monotone...

Les dunes, deux fois..

Mais bon à coté de ça, il y a aussi de très beaux paysages et ça, ça fait (presque) oublier le reste. Tantôt des dunes jaunes, tantôt une plaine immense ou alors su sol rocailleux.

Je pensais que la route allais longer la cote, en fait non, elle est souvent à 20, 30 ou 50 km à l'intérieur, du coup on a quand même l'impression d'être en plein désert.

Les dunes, trois fois.

Pendant que je remplis mon réservoir avec mon bidon de rechange, un gros camion bleu me dépasse conduit par des européens. En fin d'après midi je le vois arreté sur le bord de la route et vais faire la connaissance d'Andy et Christian partis depuis 4 mois dans leur super camion amménagé. Ils n'ont donc pas assez de place pour charger ma moto (oui j'avoue, l'idée ma traversé l'esprit, honte sur moi) et voyagent en prenant tout leur temps, on passe une bonne soirée ensemble.

Le bivouac à l'abri du vent (en théorie..)

Le vent ne cesse pas et souffle fort toute la nuit, la température se rafraichit un peu néanmoins.

07 au 09/05/07 :Boû Lanouar, Dakhla, Boujdour : 208, 287 et 344km   ->7307km

Le matin je suis obligé d'aller faire un détour par Nouhâdibou (80km de bonus, cool !! ) pour aller chercher de l'essence sinon la prochaine station sera trop loin.

Je croise le train de minerai qui part vers le désert. C'est le train le plus long du monde, il mesure jusqu'à 2km.. impressionant.

Bon là on voit rien mais en roulant c'est pas pratique.

Si tant est qu'on voudrait aller profiter du paysage en s'éloignant de la route, des agréables panneaux nous rappellent que de part et d'autres de la frontière Mauritanie-Sahara Occidental, le terrain est miné.

Pas de bivouac pour ce soir!

Ce sont des étapes carrément relou si je puis me permettre. Le vent souffle plus fort encore il me semble, le paysage est TRES monotone et pour couronner le tout ma moto donne des signes de faiblesse: elle devient très capricieuse au démarrage jusqu'à ne pas vouloir redémarrer après une pause au milieu de nulle part. Sympa.

Oh, le beau paysage..

Après plusieurs essais infructueux, je la pousse jusqu'à une descente ou elle daigne enfin redémarrer. Un peu plus loin je croiserais mes amis au camion bleu qui m'aideront un faire un check-up complet du carbu, filtre à air, bougie etc.. Ca va un peu mieux maintenant.

A Dakhla, ya la mer, c'est plus cool déjà. Par contre le vent est froid du coup (jamais content celui-là)

Après Dakla, les contrôles routiers sont nombreux, entre la police et la gendarmerie.  Dakhla est vriament La ville au milieu de nulle part: la première ville est à 400km (et en mauritanie) au sud ou plus de 500 au nord. Ca fait une ambiance très particulère. C'est aussi un gros spot de Kite-surf, de nombreux sportifs viennent jusqu'ic depuis l'europe pour profiter du bon vent (Maudit vent..). 

La route, toujours la route

A Dakhla, j'ai voulu prendre un camion de fruit et legumes (qui remonte à vide) mais j'ai pas trouvé ce que je voulais. Tant pis ce sera la totale à moto c'est tout!

La route se rapproche de la mer parfois, c'est mieux

Les dunes, dernière fois

A Boujdour, je suis invité à dormir chez Hassan pompiste de son état. Je tombe rapidement de sommeil et au moment d'aller me coucher, il me dit " non non, le repas arrive! " et sans rien lui avoir demandé, il se ramène avec une salade de crudités, un  bon poulet frite et des bananes. Après plusieurs jours de sardines en boite-vache kiri ça fait du bien!

 

Commenter cet article

marion 13/05/2007 09:18

salut Romain!
quel courage pr faire tt ça!bravo! je suis impressionnée!
bizoux et bonne route!
 

Mélanie 12/05/2007 18:20

Je confirme, Romain est devenu très proche de sa moto. Il a même investi au moins 1000 Francs CFA en autocollants pour la rendre plus jolie... A Bamako, il a failli craquer pour une belle moumoute à mettre sur la selle (c'était très kitch, mais surtout terriblement tuning!!) mais bon, c'était quand même un peu cher...

Bernard 12/05/2007 08:48

Et ta moto, est-ce qu'elle te répond ? :-)

jean-pierre 12/05/2007 00:44

Déjà Tiznit !  Ma parole, t'as laissé le train de frêt pour prendre un TGV ! Dire qu'à l'époque, j'avais mis une longue journée pour aller de Tiznit à Tan tan et retour. Il est vrai, que c'était avec ces fameux bus de 10 places où on rentrait à 15 ou 20. Il suffisait que quelqu'un lève le pouce sur la route, pour qu'on le rajoute sur nos genoux. C'est vachement mieux ta moto. Une autre civilisation t'attend.

Romain 11/05/2007 23:25

Merci pour vos messages!!
C'est vrai que c'était pas toujours facile mais au risque de casser le mythe je vais etre franc: Il y a quand meme du passage sur cette route, tous les jours ya des gens qui la prennent donc on est jamais dans un engagement total.
Par contre il faut des fesses d'acier ;-)!
Et puis oui, Vinz, je m'amuse tout seul avec mon retardateur, je parle aussi à ma moto, c'est grave? :-)
Bise à tous
Romain