Sévaré - Ségou

Publié le par Romain

12/04/07 : Visite de Mopti et balade en pirogue sur le Niger, 30 km   -> 3419km

Après notre périple en Pays Dogon, la visite reposante de Mopti, à quelques km de Sévaré, s'impose. Cette ville se situe idéalement au carrefour des routes commerciales du Mali, entre Tombouctou et Bamako, en plein coeur du delta intérieur du Niger.

Sur le Niger, en pirogue

On démarre la journée par un petit déjeuner pris sur la pirogue qui nous emmène sur le Bani et le Niger (le Bani est un affluent du Niger). Papa, notre piroguier, nous prépare de nombreux verres de bissap chaud, cette boisson locale à base de fleurs d'hibiscus délicieuse, tandis que nous nous laissons bercer par les flots, en observant les villages Bozo (ethnie  de pécheurs), Peuls (les bergers nomades) et Touareg qui se sont installés sur les rives du fleuve.

Sur le bord du Niger, les peuls et leur chapeau traditionnel

 

Rangée de fesses à la vaisselle

Tandis que le Bani a un couleur un peu sombre, le bleu du Niger appelle à la baignade et par cette chaleur on se laisse tenter facilement.

Le Niger est une importante voie de communication, très utilisée pour le commmerce. Pour les gros chargements, les pirogues sont affublées d'un moteur et mesurent alors jusqu'à 40m : les pinasses. Les plus petites embarcation sont manoeuvrées à la perche, en saison sèche ce sont les seules à pouvoir naviguer aisément dans les eaux peu profondes du fleuve.

Quand le vent le permet on sort la voile sur les pirogues

Pour la suite de la journée c'est la traditionnelle visite du marché, les mêmes odeurs reviennent toujours : celles de poissons séchés, particulièrement fortes dans ce port important qu'est Mopti, des épices, les étals varient peu aussi: des mangues à profusion, 3 tomates et 2 concombres et des montagnes de mil.

La salade de fruits préparée par Mélanie devient vite un plateau de mangues. "j'ai trouvé que ça.." Heureusement qu'elles sont bonnes.

On sent que Romain s'attache à sa fière monture. Il la confie aux mains expertes d'un Moptien, sur les berges du fleuve, pour un nettoyage complet. Elle est étincelante, enfin pour quelques heures seulement, car ici la poussière recouvre tout rapidement.

13/04/07 : Sévaré - Djénné : 118 km   -> 3537km

Notre chargement se révèle bien trop important pour la moto et la longue route qui nous attend, une partie des affaires inutiles (j'aime bien m'encombrer de trucs inutiles, jean, polaire, kway..) sera envoyé par bus directement à Bamako par Willy.

Un peu allégés (un peu seulement hein..) la route se passe bien. En plus on ne crève pas, j'ai utilisé une nouvelle technique, je double la chambre à air avec une ancienne usée mise sous le pneu (heu vous me suivez?) il parait que pour la chaleur c'est mieux..

A Djénné, on demande à voir Amadou Boubou Sidibé, le grand-oncle de Demba Keita, rencontré au Burkina qui m'avait dit d'aller chez lui. Lui est absent (son fils est décédé la veille a Bamako..) mais ses autres fils nous recoivent royalement. Cela nous gène un peu de nous'inviter comme cela chez des gens que nous ne connaissons pas mais Demba avait vraiment insisté pour que j'y aille..

C'est très intéressant de vivre avec cette famille, musulmane comme 100% des habitants de la ville, on partage leurs repas, succulents, et Mélanie apprend à manger avec les mains, dans le plat commun en essayant de pas en mettre partout. Moins facile qu'il n'y parait.

 

 

Vue de Djénné

On visite la ville, sa grande mosquée de style soudanais, ses quartiers aux nombreuses influences, marocaine, touareg, peul etc.. La ville est un grand centre d'enseignement musulman, elle ompte de nobreuses écoles coraniques et d'universités musulmane. En se baladant dans les ruelles,  on entend souvent des enfants réciter des versets du Coran, assis par terre en groupe ou tout seul, leur tablette à la main. Tous peuvent lire l'arabe couramment mais aucun ne sait ce qu'il raconte.

14/04/07 : Djénné - San : 144 km   -> 3677km

La ville de Djénné est situé sur une ile, entre des bras du Bani. Pour s'y rendre on avait donc emprunté un bac hier mais ce matin il est occupé à charger la cargaison d'un camion, et va en avoir pour longtemps.

Un piroguier nous propose alors de faire passer la moto sur sa pirogue, je sais pas si c'est très raisonnable, ça m'arrangerait pas de devoir plonger pour remonter nos affaires de l'eau boueuse. Mais une moto traverse devant nous, rassurés nous montons donc dans la pirogue et en quelques coup de perche, nous voila sur l'autre rive.

Traversée du Bani en pirogue, à Djénné

La route jusqu'à San est un peu monotone, en plus je l'ai dejà parcourue dans l'autre sens, et San n'est pas une ville des plus palpitantes, mais c'est notre étape, pas envie d'aller plus loin.

Nous dénichons un bar-campement miteux où devant le prix exorbitant demandé pour une chambre minable, nous decidons de camper dans la cour. Nous pensons avoir touver un coin un peu à l'écart pour dérouler nos matelas et nous couchons. Dans la soirée, des gens viennent s'assoir à juste à coté de nous pour boire, des motos et voitures entrent et sortent, la musique ne s'arrète pas et comme si ça ne suffisait pas, il fait toujours 40°C et en plus ya des moustiques... Comme nuit, j'ai vu mieux.

Le lendemain, on comprend que l'hotel n'était autre qu'un lieu de rencontre pour les messieurs cherchant la compagnie des dames comme ils disent ! Le probleme c'est qu'au Mali on a souvent le choix qu'entre ça et les hotels luxueux pour touristes ou homme d'affaires..

15/04/07 : San - Ségou : 194 km   -> 3871km

Une étape un peu longue pour les fesses mais jolie. Sur les bords de route, l'herbe brulée par le soleil  une couleur jaune paille, les chèvres grignotent les petits arbustes épineux, et les hommes tracent les sillons des champs, à la main.

Ségou est une ville tès agrèable, sur le bord du Niger toujours, avec son ballet de pirogue revenant au port au coucher de soleil. Le marché du lundi est aussi assez impressionant et très agréable pour y déambuler, on y trouve toutes les familles de la région venues vendre leurs fruits et legumes mais aussi tissus, calebasses, pièces mécaniques et poteries (spécialité de villages voisins).

Le marché de Ségou sur les rives du Niger

Nous visitons aussi une tapisserie où tout est fait à la main depuis le tri de la laine, son filage, sa mise en bobine et le tissage. On s'attendrait presque à voir les moutons dans le jardin pour récupérer la laine (mais non, celle-ci vient de Mopti). On se rapproche de Bamako, donc Mélanie commence a charger un peu la moto de souvenirs.. la route n'est plus très longue et ça la démangeait depuis le début.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Arbrafrica 09/05/2007 18:21

Petite pensée pour un véritable membre du Jo bar Team !
c'est en affrontant les conditions météo de ce matin, que nous nous sommes dit que tu avais vraiment du courage ! alors une petite pensée pour toi pour essayer de faire souffler le vent dans ton dos !
5 fruits et légumes par jour, c'est bon pour la santé !

loic 18/04/2007 18:43

hello romain...
je suis très content que ton voyage se passe bien...
c'est vraiment une super expérience... du coup je me morfonds un peu dans mon bureau climatisé à paris!!!!!
profitez en bien tous les deux!!
à +
 
loic

Bernard 17/04/2007 16:42

Pays Dogon, Mopti, Sévaré, le Bani, bissap chaud, Bozo, Peuls, les pinasses, un Moptien, Sévaré, Willy, Djénné, Amadou Boubou Sidibé, Demba Keita…
Je suis un peu perdu, j'ai du mal à suivre... mais je vais faire un effort et tout relire depuis le début... lol
Peux-tu nous ramener du bissap pour l'anniversaire de papa ?
Bises à toi, à Michel, à Agnès, à Alban, à Florence et à Clément par la même occasion.


Bruno 17/04/2007 15:42

Wahou !!!!!!!!!!!!  tu deviens un vrai bricoleur !!! Je sens que ta mobylette qui t'attend dans le garage de tes parents n'a qu'à bien se tenir !!!
 Le voyage à deux doit quand même être plus agréable .
Bonne route .

alban 17/04/2007 14:00

Salut Romain, Un petit mot pour te dire que j'ai eu mon Toeic ! Un grand soulagement car les prochaines fois il aurait été payant et j'aurai du le passer à Lyon ! Apparement ton voyage se passe bien donc c 'est cool ! A + Alban