Ouagadougou - Bobo-Dioulasso

Publié le par Romain

28/03/07: Ouagadougou - Boromo : 178 km -> 2225km

Je quitte la chaleur de Ouaga en ayant repris plein de forces (hum la bonne pizza 3 fromages d'hier.. pas très local tout ça mais ya pas à dire, je préfère quand même ça au fufu..).

Sur le chemin, je m'étonne de voir autant d'enfants qui travaillent, dans les champs, qui construisent des briques, qui vont chercher le bois ou l'eau. Je sais que tout le monde ne peut pas se payer les frais de scolarité mais tout de meme, là ça fait beaucoup. En fait c'est les vacances, ils ont 2 semaines et ca finit lundi prochain. Et pendant que les plus jeunes aident leurs parents, les plus grands revisent leur BEPC. Ici ya pas juste 3 matières comme en France, il y a aussi la biologie, l'histoire-géo, l'anglais.. en fait c'est un diplome assez important car beaucoup arrete à ce niveau là.

Sur la route, il y a peu de voitures et ce ne sont que des 4x4 ou des grosses mercedes.. soit on a pas mal d'argent, soit on en a pas du tout. Comme souvent en Afrique, la classe moyenne a du mal à émmerger et les fossés sont grands entre les populations.

J'arrive à Boromo en fin d'aprem et en faisant le plein à la station, demande l'adresse d'un camping dans le coin. Après 3 mots et demi échangés avec Aboubakar, dit "Ablakit", le pompiste, celui m'invite à dormir chez lui, décidément c'est une manie :-). Il est en colloc avec Barou, qui travaille aussi à la station, mais de nuit.

30 min plus tard je me retrouve chez eux à écouter du Michel Sardou (Barou est fan, tandis qu'Ablakit préfère le rap français), dans une petite bicoque au bout d'une piste de cette petite ville de campagne du Burkina.. Ambiance surréaliste.

C'est toujours intéressant de se faire inviter par des gens dans les petis villages mais parfois la différence des cultures rend difficiles les discussions. Avec Barou et Ablakit, c'est beaucoup plus simple, ils connaissent beaucoup de choses, on a à peu près le même age, on parle facilement, c'est agréable. Vraiment une bonne soirée auquelle je ne m'attendais pas du tout!

29/03/07 : Boromo - Bobo-Dioulasso : 182 km   -> 2407km

En se rapprochant de Bobo, le paysage devient un peu moins sec. La région sud-ouest du burkina est la plus verte et la plus fraiche, ca va faire du bien.

La ville est très agréable, pas trop grande. C'est le centre de l'activité musicale du pays. La plupart des instruments traditionnels sont construits dans la region, comme le balafon (une espèce de xylophone, avec des lames de bois et des demi-calebasses en dessous pour faire caisse de résonnance. Le son est impressionant de pureté et c'est incroyable ce que les musiciens arrivent à faire avec. Il y a aussi le goni, la guitare africaine comme ils disent. En fait ça en a un peu la forme mais ca se joue plus comme une harpe je trouve.

Il y a aussi un vieux quartier, avec ses sites de sacrifices animistes, (degoulinants avec plein de plumes de poulet collées partout, c'est amusant (ou dégoutant ça dépend de chacun peut-etre)) les premieres maisons de la ville, les jeunes qui jouent de la musique et les vieux qui boivent le dolo (la bière de mil pour ceux qui suivent pas..).

30-31/03/07 : Excursion à Banfora : 90 km    -> 2497km

Banfora est une petite ville à 90 km au sud ouest de Bobo. Le coin a pas mal d'attraits touristiques avec son lac aux hippopotames, ses superbes cascades, ses petites collines. C'est aussi une région au climat favorable pour les cultures, on y trouve quantité de manguiers, des plantations de canne à sucre, des rizières mêmes, des bananiers.

Je reste donc 2 jours à profiter de la relative fraicheur du coin (il fait que 35°C au lieu de 40 quoi..). Les cascades notamment sont vraiment agréables, une succession de petites vasques, et autant de jacuzzi, jets massants. D'ailleurs il y a pas mal de monde qui vient passer l'apres-midi là, quelques "blancs" mais surtout des burkinabés.

Les petites ballades en moto, dans la brousse au coucher du soleil, sont pas mal non plus. J'en viens à aimer la piste dans ces conditions là !

Au camping où je suis, il y a aussi 4 français, descendus depuis Tours en R25. Mais eux s'arrètent ici, demain ils vendent leur voiture. On échange donc les impressions du voyage, je demande quelques infos pour la suite.

Bien sur, en bon touriste, je fais mon petit tour de barque pour aller voir les hippos. Waou., hooo, clic clic. C'est la saison des amours donc on a le droit a toutes sortes de parades et de cris, ça change un peu des 2 narines qui sortent a peine de l'eau.

On essaye aussi de les débusquer pendant qu'ils broutent à terre, en faisant une petite ballade de nuit au clair de pleine lune mais sans succès..

01/04/07 : Retour Banfora - Bobo : 90 km   -> 2587km

Il y a que 90km, meme pas 2h de route, donc je pars après la grasse mat', évite un âne qui s'est fait renversé, double la camionette au parchoc defoncé 10m plus loin, ils doivent etre en train de préparer le constat.

Puis à 35km de Bobo pffffffffffiouuuu, crevaison. Ah non ! Bah si. J'ai eu la bonne idée de pas racheter de rusitnes depuis la dernière fois. De toute facon ca servirait à rien, c'est la valve qui s'est décollé. Heureusement je suis juste à la sortie d'un village, je vais chercher une nouvelle chambre à air et un mécano (c'est toujours la roue arrière). Et une fois le tout remonté je repars.

3km plus loin, baoum. La chambre à air qui éclate. Mais mer.. c'est pas possible! Bah si. Je fais du stop, retourne au village (en laissant toute mes affaires sur la route, c'est l'inconvénient d'etre tout seul, ya personne pour surveiller les bagages quand on part..) rachète une chambre à air et revient.

Bon, là je suis tout seul, c'est le moment de vérité, je démonte la roue, change la chambre, remonte tout, ça à l'air bien. (Je suis très fier de moi.. héhé). Je gonfle la chambre, pshhhhiiiii, crevée. Nooooooooon! Si. J'ai encore trop forcé pour remettre le pneu.

On souffle, surtout on ne s'énerve pas. Finalement un gamin en vélo va me chercher des rustines au village prochain, on répare la roue et c'est reparti. Ouf

 

Je rachète quand meme des rustines au village, une 4ème crevaison de m'étonnerait meme plus..

Presque 6h pour faire 90 km, j'arrive à Bobo un peu lessivé. Au camping il y a un couple de francais avec leur fourgon immatriculé 84, c'est vraiment trop surfait cette route.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marc Hénaut 16/04/2007 12:41

Salut Romain et Mélanie,
Je viens de me balader sur ton site, c'est une incitation au voyage, bravo je suis épaté de ce qu'on peut faire avec une simple 125cc.
J'espère que tu as retrouvé Mélanie et que tout va bien.
@+
Marc.

pel 14/04/2007 08:33

salut romain!
on n a plus de nouvelles depuis debut avril...? comment se passe la suite de ton voyage? la mob a deux avec  melanie, ca va etre folklo... jespere que tout se passe bien, en particulier que ton engin se porte bien et que tu en prends bien soin!
de mon cote, le VIE se passe pas trop mal, mais la temperature commence deja a grimper... il fait deja regulierement entre 35 et 40 degres l apres midi, et nous ne sommes qu en avril... je commence a avoir tres peur de l ete...
A bientot! et bon vent!
pel

alban 04/04/2007 18:44

Salut Romain!C cool que ton voyage se passe  bien! je te suis tous les jours même si je suis un peu à la traine au niveau des commentaires !Malheureusement j\\\'ai reçu une réponse négative de Roll Royce, Olivier a fait ce qu\\\'il a pu mais ça n\\\'a pas marché...Allez, j\\\'en profite, si quelqu\\\'un passant sur ce blog accepterait par hasard de prendre un stagiaire pendant cet été dans une entreprise ne se situant pas en France, sachez que j\\\'en serai ravi, qu\\\'il n\\\'hésite pas à me faire signe!allez bonne route Romain 

fab 03/04/2007 18:43

salut romain!
 
si tu veut squatter a bamako je te file le mail d'u copain qui m'avait heberge à l'epoque a dakar, tres sympa et cool!!!!
rodichon@hotmail.com
 
hésites pas!
 
fab

Bernard 03/04/2007 15:25

Vu le nombre de commentaires, ton blog fonctionne bien !Si ça continue, on passera bientôt plus de temps à les lire qu'à lire tes compte-rendus.Pour ta troisième réparation, tu nous dis "on répare la roue et c'est reparti" mais qui est "on" ? Ne maîtriserais-tu pas encore complètement la réparation d'une crevaison sur la roue arrière ?6 heures pour 90 km, c'est pas mal, c'est une étape que tu peux proposer à JP pour qu'il la fasse en vélo...A bientôt.