Les langues du Nigeria

Publié le par Romain

La diversité des peuples au Nigeria est très grande et s’exprime à tous les niveaux : tribale, ethnique, religieux, linguistique etc. Concernant ce dernier point par exemple, on recense près de 300 langues parlées au Nigeria ! (Certaines sources parlent même de 500 ! Un quart des langues africaines seraient donc au Nigeria – remarque on dit aussi qu’un quart des africains d’Afrique noire sont nigérians donc ca se tient). Mais cette richesse culturelle n’est pas toujours évidente à gérer quand il s’agit d’unir un peuple pour former une nation. A l’indépendance (en 1960), c’est la langue du pays colonisateur, la Grande Bretagne, qui s’est imposée comme langue officielle.

 

 

 Mais deux facteurs sont venus freinés la suprématie de l’anglais : d’une part, à cette époque le système éducatif était encore peu développé, donc seule une petite partie de la population, celle qui avait accès à l’école, pouvait apprendre l’anglais. D’autre part, arrivés par la mer, les colons anglais ne sont jamais montés en masse au nord du pays, le contrôle des cotes étant le plus important pour le commerce. Du coup les populations du nord ont beaucoup moins été touchées par les changements apportés par les anglais, dont en autre la propagation de l’anglais.

 

 

C’est pour ces raisons que le gouvernement, toujours dans un but d’unité du pays sans pour autant perdre ses racines, a décidé d'augmenter le nombre de langues nationales, en ajoutant le Yoruba, le Haoussa et l’Ibo (entre autres, puisqu'a un moment il y a eu jusqu'a 8 langues nationales!). Ce sont les 3 langues régionales les plus parlées au Nigeria, leurs zones d’influence correspondent grosso modo aux trois grandes régions initialement choisies par les colons : le Haoussa pour le Nord (moitié nord du pays, au dessus du Niger et de la Bénoué), l’Ibo pour le Sud-est (région du delta) et le Yoruba pour le Sud-ouest (dont Lagos).

 

 Le Haoussa est parle par environ 25% de la population, le Yoruba 15% et l'Ibo 10%. Les autres 50% de la population étant inégalement repartis dans les autres langues ; certains dialectes ne sont parles que par quelques milliers voire centaines de personnes (c’est bien ca permet d’avoir l’impression de voyager à l’étranger en allant dans le village voisin).

 

 

  Voici donc une carte montrant les zones d’influences des principales langues (les 3 « grandes » plus quelques autres) ; Il faut aussi savoir qu’au sein même du Yoruba, il y a différents dialectes plus ou moins ressemblants. (Pfff on s’en sort plus, pénibles à la fin ces nigérians..)

 

 

 Avec le développement de l’éducation (aujourd’hui on compte encore près de 40% d’illettrés), l’apprentissage d’au moins 2 des 4 langues nationales est devenu obligatoire, l’anglais étant l’une d’elle. Mais compte tenu de l’importance de l’anglais au niveau international, c’est cette langue nationale qui a été choisie pour l’administration, les autorités fédérales puis pour beaucoup des medias (mais on trouve aussi des journaux en Yoruba a Lagos par ex.), pour l’enseignement supérieur etc... Et c’est donc pour cela que l’anglais peut être considéré comme LA langue nationale.

 

 

Cependant il ne faut pas s’imaginer que tous les nigérians parlent l’anglais d’Oxford avec l’accent qui va avec… L’anglais reste la langue des classes favorisées et dans la vie de tous les jours, la plupart des nigérians utilisent plutôt, soit leur langue régionale maternelle (dans les campagnes), soit le pidgin s’ils ne viennent pas de la même région (dans les grandes villes).

 

A Lagos par exemple, ville multiethnique par excellence, c’est le pidgin – ou broken english – qu’on entend le plus souvent (on le compare parfois au créole pour le francais). C’est un anglais simplifié, aux expressions imagées, avec du vocabulaire parfois tiré des langues régionales et une grammaire plus que réduite. Autant dire que quand on rajoute l’accent africain à tout ca et bien je comprends plus grand chose ! Déjà quand ils parlent un anglais correct avec un fort accent c’est pas toujours évident à comprendre mais là ça devient vraiment dur. Les étrangers anglophones le comprennent plus facilement, ceux qui sont là depuis quelques années aussi.

 

Voici quelques petits exemples pour illustrer ce à quoi ressemble le pidgin :

Abeg = Please (from I beg)

Abi? = Is it not?     Abi no be so? = isn't that so?

Bifor-bifor = Long time ago

Bush man = Unsophisticated (qui vient du gars de la campagne)

Chop = Food

Dash = Gift, bribe (Ce qu’il faut donner aux barrages, aux policiers par exemple)

Di = The

Dey go joh = Leave me alone

Abeg no open mouth laik dat = Tais toi stp

Di tu (di tri, di faif etc) = Both (all three, all five etc)

Fes (sekon, nomba tri, nomba faif, etc) = First, (second, third, fifth, etc)

Go slow = Traffic jam

How now? = How are you?

Juju = Occult, magic (qui a trait aux croyances locales)

Make I hear word = Shut up

No go = Will not (la conjugaison n’existe quasiment pas en pidjin, c’est le contexte qui guide)

You go chop? = Do you want to eat?

You don chop? I never chop = Have you eaten? No, I have not eaten

Oyibos = le blanc (vient du Yoruba)

Na = It is

No = Did not

Time wey I small = When I was young

Wahala = Problem, trouble (Yoruba)

Wetin = What is?

Wetin dey happen? Nothing dey happen! = How are you doing? Everything is fine!

 

Wetin bi yua name? = What’s your name?

Et pour avoir une idée de l’accent ne pas oublier que water se dit wata. (ouata), ainsi, “ you want batta wid yua bagga?” veut dire “ you want butter with your burger” (c’est un exemple tout frais, ce midi j’ai du faire répété avant de comprendre que “bagga” = beurgueur ).

 

 

Mais quand ils ont à faire avec des Oyibos, les nigérians parlent au maximum en anglais, donc il y a rarement des problèmes pour se faire comprendre.

Dans les campagnes, les enfants et les jeunes peuvent traduire pour les plus âgés qui ne parlent pas trop anglais. Peut être est-ce plus dur dans les campagnes du nord ? Là ou le système éducatif est moins développé. N’y étant encore jamais allé je ne peux pas trop dire.

Voila, maintenant vous avez un petit apercu du melanges des langues au Nigeria. A mon avis avec le temps, l'anglais va s'imposer de plus en plus, surtout par le systeme scolaire et les dialectes tres minoritaires vont reculer du fait de la migration vers les villes. Mais pour l'instant le Nigeria reste encore une grande mosaique de langues. 

Publié dans La vie a Lagos

Commenter cet article

Ane-Cess 27/07/2006 13:23

eh ben on en apprend des choses intéressantes sur le Nigeria dans ce blog ! Tu deviens un vrai conteur..! En tout cas, bravo ! Bisous et à bientot j'espère.

Romain 04/08/2006 15:51

Merci Ane-Cess !
 J'essaye en effet de partager un peu ce que j'apprends ici, d'ailleurs je dois dire que c'est pas toujours evident de verifier les informations que j'ai.. :-)
 Et puis ce que j'ecris reste tout de meme subjectif a ma propre (et courte) experience du pays mais j'essaye de pas mettre trop de betises (pour savoir si j'y arrive il faudrait demander a un nigerian !..)
Biz,