We a Abeokuta

Publié le par Romain

Comment faire rentrer 27 personnes dans un minibus? Si vous ne savez pas venez au Nigéria, on vous montrera! Mais le plus dur n’est finalement pas de rentrer, mais de rester coincé comme ça pour le reste du voyage!

 

Heureusement le voyage n’était pas trop long ce we : j’ai été visiter la ville d’Abeokuta, a 1h30 de route de Lagos avec Sophie, Luis et Gbenga, un collègue (nigérian, mais je pense que vous l’aurez deviné).

 

L’avantage de ne pas avoir de voiture, c’est qu’on est obligé d’utiliser les moyens de transports publics locaux. C’est sur que c’est un peu plus long et « un peu » moins confortable qu’en voiture climatisée mais c’est aussi plus sympa, ça favorise les rencontres et puis c’est le transport local quoi..

 

Abeokuta, en pays Yoruba (principale ethnie du sud-ouest), fut une ville importante pour le commerce, aujourd’hui un peu dans l’ombre de ses deux géants voisins Lagos et Ibadan. La principale attraction touristique est Olumo rock : D’énormes blocs granitiques formant une petite colline. Pendant les guerres Yorubas, des habitants se sont refugiés sous ces blocs où ils ont aménagés des habitations. Des cultes traditionnels y sont encore célébrés aujourd’hui. C’est le premier vrai site touristique aménagé que je rencontre au Nigéria, avec guide, parking a l’entrée, buvette etc… Nous avons d’ailleurs croisés de nombreux nigérians venus aussi visiter ce lieu.

    Luis essayant d'avoir une conversation en yoruba... pas facile !!

 

 

               Vue D'Abeokuta depuis Olumo Rock, avec la grande mosquee qui depasse

Apres qu’une bonne trombe d’eau nous soit tombée dessus en un clin d’œil, saison des pluies oblige, on parcourt la ville pour trouver un toit et un repas. Trouver un repas n’est pas ce qu’il y a de plus difficile au Nigeria… a condition de ne pas être trop regardant sur le contenu de l’assiette. On trouve des petits boui-bouis a chaque coin de rue, vendant des boules farine de manioc, d’ignam (les pof-pof),  de la viande de chèvre (disons plutôt des bouts de chèvre, si c’est de la viande c’est que vous êtes chanceux), de la pate d’haricots et d’oignons (les accaras)  etc, sans oublier la fameuse pepper soup : du poisson trempant dans sa sauce pimentée. Bref tout ce qui faut pour se faire un festin de roi, mais aussi accessoirement tester les limites de son estomac. Mais jusqu’ici tout a tenu bon, c’est la qualité ! Pour le toit, un hôtel miteux fait l’affaire, notre chauffeur de taxi nous ayant prévenu : Ici vous pourrez avoir tout ce vous pouvez souhaiter, résultat des courses : pas d’eau courante et l’électricité que qques heures le soir… bon heureusement qu’on souhaitait pas grand-chose hein. Finalement c’est Gbenga qui était le moins a l’aise, il voulait un meilleur hôtel,  j’ai encore beaucoup de mal a estimer qui peut se payer quoi au Nigeria.

 

Le lendemain, on grimpe dans un taxi, bien décidés a aller visiter la belle cathédrale qu’on avait vu la veille depuis le sommet d’Olumo rock. On explique donc au chauffeur, apparemment il voit pas, bizarre, parce qu’elle est grande cette église quand même. Apres avoir demandé a d’autres personnes nous voila partis. On a ensuite droit a un petit tour de la ville, avec notre chauffeur s’arrêtant devant des églises et nous : « Mais non pas celle-là, une grande, une église catholique !! » Comment il peut ne pas connaître cette église celui-là d’où il sort.. Apres 2-3 autres essais d’églises, en vain, on roule toujours. Quand j’aperçois enfin la cathédrale qu’on cherchait depuis maintenant qques kms… le chauffeur se tourne vers nous avec un regard un peu noir : « C’est une mosquée… » Un peu fâché qu’on lui ait fait perdre sont temps. Gloups, sorry-o , bon bah on va visiter la mosquée alors…

 

Abeokuta est aussi réputée pour son textile, la ville abrite plusieurs fabriques de tissu et son marché aux tissus est très bien fourni. L’occasion pour nous d’aller faire quelques achats et d’en profiter pour se faire faire des habits sur place aussi.

 

 Dans une ruelle du marche

En attendant que le tailleur ait fini avec nos habits, on continue vers les « rayons » médecine du marché. Là, on trouve absolument toutes sortes d’animaux morts : rats, chauve-souris, tête de chiens, chats, cheval, crocodile, singes, genre de raton-laveur, mais aussi des carapaces de tortues, des caméléons, des têtes de perroquet etc... C’est assez déconcertant de voir tout ca, surtout quand on nous dit que c’est utilisé dans la médecine traditionnelle Yoruba. Au moins on est prévenus, on va éviter de tomber malade maintenant.

 Les ingredients indispensables a tous bons medecins traditionnel Yoruba... 

 

 

                                               Enfants dans une allee du marche

Pour le retour vers Lagos, on retrouve un bus public. Quand on demande au gens s’il va bien vers Lagos, ils nous répondent avec un œil amusé. Des Oyibos ? dans un danfoo ? c’est sur qu’ils doivent pas en croiser tout les jours (surtout que Gbenga est parti plus tot, on est donc plus que 3 oyibos), alors quand en plus Luis leur sort 3-4 mots de Yorubas, c’est l’hilarité générale.

 

Le principe du danfoo, c’est qu’il ne part que quand il est plein (sinon c’est du gaspillage) mais plein selon les critères nigérians ca veut dire bondé chez nous. Et quand les gens veulent payer moins cher, ils prennent qu’une place pour 2. Au final, on était donc 27 dans ce mini bus pour rentrer a Lagos, et même s’il y avait 2 bébés, ca fait quand même serré !

 Le bus du retour vers Lagos.

 

Ce we a Abeokuta s’est vraiment très bien passé. On a pu rencontrer pleins de gens très gentils, les habitants sont paisibles et accueillants et la ville agréable, loin de l’agitation folle de Lagos. C’est pour vivre des moments comme ca que je voulais venir en Afrique et c’est après un we comme celui-ci que je me dis que j’ai bien fait.

 

 

Bon nombre d’expatriés restent sur leurs aprioris et les on-dit occidentaux, s’enferment dans leur résidences et passent malheureusement (pour eux) à coté d’un visage bien différent du Nigéria qu’on leur sert.  

Commenter cet article

bruno 07/09/2006 18:29

Oh oui tu as fait le bon choix, tu vis une expérience sensationnellle .